Accueil >> Plongée >> Test du concept STTL de Inon >> Un article sur les flashs Inon sur Aquamonde


J'ai rédigé, dans la revue Aquamonde de août-septembre 2016, un article qui actualise les connaissances des flashs Inon.
Je voudrais apporter ici quelques précisions.

Robert Pakiela, le rédacteur en chef qui m'avait demandé un "article" sur le D2000 a dû faire face à un roman-fleuve.
Quelques paragraphes ont sauté, ce qui est parfaitement compréhensible, pour respecter le format de la publication.


Pour une parfaite compréhension, je publie ici les éléments manquants.

J'en profite pour remercier publiquement Luc Penin pour la relecture de ma prose et pour ses remarques, toutes pertinentes, dont j'ai tenu compte.

Pour être complet, les images publiées qui sont de moi sont celles de la page 60 qui suit l'article et non pas celles des plongeurs en situations.



L'introduction qui a été coupé dans l'article :

Le sujet de cet article n’est pas de savoir s’il est vraiment opportun d’utiliser le TTL au flash dans la photographie subaquatique. Il faudrait y consacrer un numéro à part et laisser les passions se déchaîner…
Tout au plus je dirais, en tant que formateur photosub et par expérience, que le TTL n’est jamais correctement exploité si le photographe n’a pas déjà une parfaite maîtrise de l’exposition manuelle au flash.
Ce qui est vrai sur terre avec des portées de flash superlatives, ne l’est plus sous l’eau. Le TTL n’apportera pas par “miracle” un supplément de puissance, si le photographe n’a pas su déterminer la portée de son flash en fonction du trio diaphragme, ISO, distance.
Et même ceci établi, il faut encore une certaine expertise pour exploiter toutes les subtilités de l’outil.
Mais a contrario, le débutant qui possède un APN tout automatique, sans aucune possibilité de connaître son diaphragme n’aura d’autres possibilités que de faire confiance au S-TTL des flashs Inon.
Le photographe averti, découvrant un site de plongée inconnu, à l’autre bout du monde et qui souhaite, sans se compliquer la vie, rapporter beaucoup d’images tout en assurant un taux important de photos réussies pourra également succomber aux sirènes de l’automatisme.

Car techniquement le S-TTL, ça marche !

En effet, la phrase suivante, plus loin dans l'article, concernant le réglage du ratio entre deux flashs, était sans cette introduction, sortie de son contexte : "la première solution est d'éloigner un flash par rapport à l'autre, tout en sachant que l'analyse de l'exposition sera globale (je parlais bien en introduction, de la nécessité d'une vraie maîtrise en manuel afin d'exploiter totalement le TTL)".

Nb de visiteurs: 1151815
Nb de visiteurs aujourd'hui: 244
Nb de connectés: 1